fbpx
Couverture de podcast - incarne ta marque

Les étapes de l’univers visuel | E012

Au dernier épisode, je te parlais de la définition d’un univers visuel. Aujourd’hui, je vais te parler des étapes pour créer un univers visuel. Je vais justement t’aider à avoir une idée sur ce qu’il faut faire pour faire en sorte que tu sois prêt pour créer ton propre univers visuel. Bonne écoute !

Je t’invite à aller essayer le quizz « Découvre Ton Univers Visuel » après l’épisode. C’est sur le site Internet http://marrie-eve-photo.com. C’est tout à fait gratuit, et tu vas pouvoir t’amuser en découvrant ton univers visuel.

Je suis Marrie-Eve, photographe spécialisée en marques personnelles et créatrice d’univers visuels. Passionnée du marketing et ayant une créativité débordante, j’aide mes clients à créer des univers visuels à l’aide de la photographie et de nouvelles stratégies marketing. Je vais t’aider donc à t’incarner, à ce que tu sois visible, et surtout à ce que tu sois le plus authentique que possible dans tes publications. Incarner ta marque, c’est être vrai, mais surtout ne pas avoir peur de qui tu es. Es-tu prêt ? On y va !

Beaucoup me disent qu’elles ne se sentent pas prêtes, ou qu’elles ne se sentent pas assez belles pour créer leur univers visuel. En fait, il n’est jamais trop tôt pour commencer son univers visuel. Aujourd’hui est donc sûrement le bon moment pour le faire. Je t’explique comment tu peux savoir si tu es prête. Si tu travailles sur ton branding, et que t’es en train de faire ton logo, ton site Internet, ou que tu remets en marche tes réseaux sociaux pour pouvoir te connecter davantage avec tes clients, c’est qu’il est temps de travailler sur un univers visuel. Tu peux également être en lancement d’une deuxième entreprise ; ça arrive souvent quand on a fait ce qu’on a à faire avec une entreprise, et qu’on a besoin d’en lancer une deuxième. Il est temps de travailler sur un univers visuel si tu tournes en rond dans tes publications, et que tu ne sais pas trop quoi faire dans tes visuels, et que tu perds énormément de temps à essayer de trouver de bonnes photos sur des banques d’images. 

La semaine passée, je t’ai expliqué d’où venait l’univers visuel. Je t’invite vraiment à aller écouter l’épisode pour savoir d’où ça vient et où ça part. Grosso modo, j’ai vu en 2013 qu’il y avait un gap dans les photos corporatives, et j’ai décidé de faire quelque chose à ma sauce. Par mon intuition, je voyais qu’il manquait certains éléments pour faire avoir des photos corporatives à son image. J’ai également expliqué dans le dernier épisode toutes les sphères de l’univers visuel qui concernent ton entreprise, celles qui te concernent, et celles qui concernent ton client idéal. Nous allons parler des étapes à suivre pour créer un bon univers visuel.

Tout d’abord, il y a la mission, la vision, et les valeurs. Définir ces 3 éléments est la première étape. On ne peut pas contourner cette étape-là, parce qu’elle représente la base de ton entreprise. Tu ne construiras pas de maison sans fondation. C’est la même chose pour ton univers visuel, qui doit être clair et net. Qu’est-ce que tu amènes dans ce monde ? Qu’est-ce que tu viens créer comme connexion ? Qu’est-ce qui te rattache justement en tant qu’humain sur la terre ? C’est vraiment philosophique, mais c’est là que réside toute l’importance de cette étape.

La deuxième étape est l’identité de l’entrepreneur. Tu dois définir ta personnalité, ta voix, ta façon de parler, ta façon d’interagir avec le monde. C’est quoi tes forces ? Quelles sont les compétences que t’as acquises ? On peut parler de compétences que t’as pu acquérir dans d’autres jobs, et qui viennent impacter le service que tu livres à ton client. C’est quoi ton histoire ? As-tu vécu une séparation, par exemple ? Tu peux désormais venir aider tes clients à mieux passer leurs séparations. Si t’as eu une autre carrière, tu peux t’en servir pour bonifier ton expérience avec ton entreprise actuelle. Connecte ton vécu et ton histoire avec ton monde et avec tes clients idéaux.

La troisième étape est de définir les ambiances du message délivré. On va notamment parler de la psychologie des couleurs. Quelles sont les couleurs qui te vont bien ? Je ne te parle pas simplement des couleurs qui sont à la mode, mais plutôt des couleurs que tu retrouves souvent dans ta garde-robe, ou encore des couleurs qui collent vraiment à ta peau. Dans cette étape, on va aussi créer ton moodboard, grâce aux ambiances que tu voudrais démontrer, à la lumière qui te parle, aux endroits et aux textures qui te parlent. Ces éléments peuvent vraiment venir diffuser un message inconsciemment. Dans le dernier épisode, je te parle de comment choisir un bon endroit, et de l’histoire que cet endroit peut démontrer sur toi. Je t’invite donc à aller écouter cet épisode pour en apprendre plus sur les endroits. Définir le message qui colle à ta peau est également une partie essentielle de la troisième étape. Qu’est-ce que tu veux divulguer comme message ? Je pense, par exemple, à Martin Luther King, qui avait un message fort à passer. C’est quoi le tien ? Je suis sûre que tu peux trouver un message aussi percutant.

Par la suite, tu dois comprendre ton client idéal. C’est quoi le profil de l’avatar ? C’est quoi le sentiment qu’il vit ? En ce moment même, qu’est-ce que ton client idéal vit dans sa famille, dans sa maison, ou son entreprise ? Qu’est-ce qui fait en sorte que ton client idéal ne se sente pas accompli à 100% ? De quelle façon les sentiments qu’il vit vont pouvoir se connecter à ton message pour amener une transformation ? Je te parle de transformation parce qu’il y a toujours un avant et un après quand on utilise un bien ou un service. C’est vraiment important de savoir c’est quoi la transformation que tu viens amener à ton client, et ce que tu viens changer dans sa vie. Il faut savoir comment la personne en question se sent avant et après avoir utilisé ton produit ou ton service. Comment ton client vit sa vie ? Comment il aimerait la vivre ? Dans ce volet-là, on peut écrire des histoires. Tu peux vraiment prendre cette étape et faire du copywriting efficace pour te connecter avec le monde. Quand on fait un univers visuel, on ne cherche pas simplement de faire des photos, mais plutôt de mettre en avant tous les éléments utiles pour créer un bon contenu. Le storytelling et le copywriting sont des outils très puissants. Combine donc ton message à ta photo !

La cinquième étape est celle de l’auto-évaluation des sphères comme la clarté, la constance, la crédibilité, et l’unicité. Qu’est-ce qui te rend unique ? Qu’est-ce qui fait en sorte qu’on vient te voir parce que c’est toi qu’on veut ? Il y a aussi tes passions, ta pertinence, et ta visibilité. Pour te donner un exemple, je fais des toiles depuis mon jeune âge. J’ai fini par devenir photographe parce que la peinture prend beaucoup de temps, et que je ne suis pas patiente dans ma vie. Je suis également passionnée de plantes. Quand j’en parle sur mes réseaux sociaux, les gens viennent me répondre, et ça crée des connexions ! Toutes les sphères de visibilité sont importantes. Essaie donc de les évaluer sur une échelle de 0 à 10. A quel point ton message est clair ? S’il n’est pas assez clair, comment venir clarifier tout ça ? A quel point t’es constant ? De quelle façon tu peux améliorer ta constance ? A quel point tu publies sur les réseaux sociaux ? De quelle façon ta constance pourrait bénéficier de ton univers visuel ? On peut créer des thématiques définies, ou créer des dossiers pour bonifier ta constance sur les réseaux. On est vraiment loin de prendre des photos là. Créer un univers visuel est beaucoup plus compliqué qu’un simple clic sur une caméra !

La sixième étape est la méthode CAB. On parle du trio caractéristiques – avantages – bénéfices. Quelles sont les caractéristiques de ton produit ou ton service ? Si tu vends du savon, est-ce qu’il est fait avec de l’huile de noix de coco, ou avec des huiles essentielles pures ? Comment il est emballé ? Comment il est livré ? Quelle est sa forme ? Essaie de décrire ton produit en identifiant toutes ses caractéristiques. Ensuite, il y a les avantages. Qu’est-ce qui rend ton produit avantageux ? Est-ce que tes emballages sont écoresponsables, et donnent ainsi au client l’avantage d’une utilisation qui ne nuit pas à la planète ? Après, il y a les bénéfices et l’expérience client, qui sont liés à l’emballage, les réponses aux questions, et les retours. Il faut essayer donc de voir comment améliorer ton expérience client. Par exemple, quand quelqu’un book un univers visuel avec moi, je lui offre un cahier emballé dans un papier gold. Le pack ressemble vraiment à un Caramilk, et il est possible de lui ajouter plusieurs accessoires. Je peux donner un simple cahier, mais il est beaucoup plus intéressant d’y rajouter des trucs pour bonifier ce que le client va vivre comme expérience.

Après ça, on a la septième étape, qui est l’utilisation de tes photos sur ton site Internet, ta page de capture, ton lancement, ta présentation, etc. Où tu vas utiliser tes photos ? Sur ton site Internet, tu auras besoin de photos à l’accueil, dans la page à propos, et tu auras besoin de photos de toi où tu es en train de donner ton service ou de fabriquer ton produit. Essaie de planifier ces choses-là. Il faut faire en sorte que ça soit stratégique, mais sans montrer qu’il s’agit d’une publicité. Tout doit être subtil. Qu’est-ce que ton graphiste doit faire ? As-tu besoin d’une bannière pour ton groupe Facebook, ou d’une bannière pour ton profil LinkedIn ? As-tu un e-book à vendre ? On peut faire des photos de toi en train de travailler à l’ordinateur, avec ton e-book à côté. Il est plus intéressant de travailler comme ça, au lieu d’aller prendre des photos sur des banques d’images gratuites. Le résultat est toujours plus réaliste et plus crédible. Par exemple, j’ai des tattoos sur les bras ; si je viens mettre des photos de quelqu’un qui n’a pas de tattoos qui tient mon e-book, il y aura un clash. Ça me rappelle une publicité qui m’a tellement marquée : une publicité de French’s, une compagnie canadienne qui vend du ketchup et de la moutarde. Dans la publicité, il y avait Francisco Randez, un acteur qui est super beau, et il a plein de tattoos sur les bras. Ça m’a outré de voir qu’ils ont caché tous ses tattoos. Il faut vraiment faire en sorte que les gens qui voient ta photo puissent te reconnaître. Je me souviens encore de cette publicité parce que ça m’avait choqué de voir qu’une partie de la personnalité de Francisco Randez n’était plus là. Parenthèse fermée. Si par exemple je lance la photo de quelqu’un avec mon e-book, il y a comme un décalage qui se crée, et il faut donc que cette personne ressemble à ma cliente idéale. De cette façon, on va pouvoir insérer des photos à plusieurs endroits, qui montrent des choses en relation avec ton univers. Quand tu as un lancement à faire, il est essentiel de faire en sorte d’avoir les photos dont t’as besoin pour inviter les gens à s’inscrire ou à faire une action. On peut également être super cheesy quand il s’agit de montrer la deadline du lancement, en publiant des photos où on compte avec les doigts. Il y a différentes façons amusantes ou cheesy de le faire, l’essentiel étant de tout planifier à l’avance. Si tu as une présentation à faire, n’y mets pas des photos qui n’ont pas de rapport avec toi. Il faut qu’il y ait au moins une photo de toi au début, et une autre dans la page de remerciement. C’est très important pour se connecter avec le monde. J’écoutais une petite vidéo de Gary Vaynerchuk, où il dit à quel point le personal brand est important. En fait, quand tu fais une présentation, il faut faire en sorte que la personne assise au fond de la salle puisse te reconnaître, et qu’elle ait envie de te parler par la suite sans se sentir gênée de le faire. Si jamais cette personne te croise quelque part, la connexion entre vous se fera instantanément.

La dernière étape est de se préparer. Il te faut donc un styliste, des accessoires, etc.

Ainsi, on a fait le tour des 8 étapes de la création d’un univers visuel. Ces étapes font partie du guide que j’offre quand quelqu’un vient me demander un univers visuel. Ca fait vraiment beaucoup de contenu. Ceci mis à part, j’écris aussi un guide planificateur pour pouvoir planifier son contenu sur les réseaux sociaux, mais il est encore en train de se faire peaufiner à l’heure où on parle.  Il est très important de suivre l’ordre des étapes citées. Ce n’est pas pour rien qu’on commence par définir la mission, la vision, et les valeurs. Ce n’est pas pour rien qu’on fait une auto-évaluation en milieu de chemin. Tu te situes où entre ce que tu écris et ce que tu dégages ? S’il y a un écart, il faut trouver comment le résoudre. 

Pourquoi savoir tout ça pour créer son univers visuel ? Parce que ça permet de connaître qui tu es, qui est ton client idéal, et de savoir ce que tu désires et ce que tu vas apporter. Comment, dans le fond, ta personnalité va venir solidifier la relation que t’as avec ton client idéal ? Un univers visuel, ça aide à ta présence en ligne, à ta constance, et ça construit une ligne directrice esthétique, mais aussi une façon de se connecter avec ton client. Je reviens souvent sur le mot connexion, parce que c’est quelque chose d’indispensable. C’est important de connecter toutes tes sphères à celles de ton client idéal. Elles viennent donc s’entremêler pour pouvoir faire des points. Par exemple, ta personnalité, tes compétences, et la transformation que tu apportes, vont faire un tout pour venir aider ton client à devenir une meilleure personne. C’est comme des atomes qui se joignent entre elles pour créer des ensembles. On vient ainsi créer des relations humaines, et c’est là que le business commence. On développe des relations autant personnelles que professionnelles avec nos clients, ce qui est très important.

J’espère que je t’ai aidé à comprendre un peu les étapes de la création d’un univers visuel. Il faut vraiment coller ce que tu veux mettre de l’avant à ce que t’es vraiment, au lieu d’aller sur Pinterest et de copier et coller ce qui existe déjà. Il faut faire en sorte que les gens se connectent avec toi et non avec quelque chose qu’ils aimeraient avoir de toi. J’aimerais vraiment savoir où tu te situes dans ta constance, ta clarté, et ta crédibilité. Ça serait très important de faire une petite auto-évaluation. On se voit au prochain épisode. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *