fbpx
Couverture de podcast - Stephanie Turcotte

Jamais assez – Entrevue Stephanie Turcotte | E006

Le « jamais assez » est une expression courante dans la vie entrepreneuriale. Plusieurs personnes estiment ne pas être à la hauteur en ce qui concerne leur expérience, ou même leur apparence physique. En effet, écouter son mental peut nous induire en erreur, vu que son raisonnement est basé sur nos expériences passées. Il est préférable de suivre son intuition pour se connecter à la meilleure version de nous-mêmes. Il faut également travailler sur son estime de soi pour éviter de tirer sa valeur des éléments extérieurs, qui ont toujours été éphémères.

Pouvoir être dans sa zone de génie est un travail de longue haleine. Il faut s’habituer à ressentir de la gratitude envers ce que l’univers nous donne. L’univers peut tout nous donner, à condition qu’on prenne la responsabilité de fournir beaucoup d’efforts.

Notre entourage sera un élément principal dans notre route vers le changement. Il faut non seulement apprendre à se connecter à soi-même, mais également gérer son entourage de sorte à recevoir une bonne énergie. Généralement, un ménage peut se faire. On peut perdre certains amis pour en avoir des nouveaux, afin de garder une liste de personnes qui nous aideront à ouvrir nos yeux sur la panoplie de possibilités que la vie nous offre. 

Dans cette épisodes, il sera question :
  • Être pleinement aligné avec qui on est
  • Ne pas se mettre des bâtons dans les roues
  • Foncer « no matter what »
  • On parle aussi d’estime et de confiance en soi
Lien pour rejoindre Stephanie Turcotte
Pour me rejoindre
Pour réserver ton appel découverte : https://calendly.com/marrieevephoto/appeldecouverte
Couverture de podcast - Stephanie Turcotte

JAMAIS ASSEZ

Hello. Aujourd’hui, avec Stéphanie Turcotte, on va parler de « jamais assez ». On va aussi te parler de comment pouvoir prendre ta place, pour pouvoir t’exprimer comme tu es, tel que tu es.

Je suis Marrie-Eve, photographe spécialisée en marques personnelles et créatrice d’univers visuels. Passionnée du marketing et ayant une créativité débordante, j’aide mes clients à créer des univers visuels à l’aide de la photographie et de nouvelles stratégies marketing. Je vais t’aider donc à t’incarner, à ce que tu sois visible, et surtout à ce que tu sois le plus authentique que possible dans tes publications. Incarner ta marque, c’est être vrai, mais surtout ne pas avoir peur de qui tu es. Es-tu prêt ? On y va !

Salut Stéphanie, je suis contente de te recevoir aujourd’hui. J’aimerais que tu te présentes, et que tu expliques c’est quoi ton titre de neuro-potentialiste.

Bonjour à tous. Je suis vraiment contente d’être là. Stéphanie Turcotte, neuro-potentialiste. J’ai choisi ce nom-là parce que je travaille avec le cerveau et avec le potentiel humain. A la base, on a des chemins neuronaux qu’on utilise depuis toujours. Mon but est d’aller changer ça et de faire des chemins différents dans ton cerveau, car ça te donne le choix de changer tout ce que t’es. Tout peut changer. Je travaille principalement avec les femmes entrepreneuse pour les aider à se reconnecter à leur puissance intuitive. En effet, tout le monde peut te dire de te connecter à ton intuition, mais comment le faire réellement ? Je travaille aussi beaucoup au niveau du corps, puis au niveau de l’argent. Il s’agit des 3 gros piliers qui font la différence. La seule personne qui peut faire ce genre de changements est toi-même. Mon but est de de travailler avec toi pour t’aider à te relever de tout ce qui te freine dans ta vie.

Parfait. Merci pour ta présentation. Aujourd’hui, on va parler de « jamais assez ». En fait, c’est quelque chose qu’on voit beaucoup dans la sphère entrepreneuriale. Plusieurs entrepreneurs se disent qu’ils ne sont pas assez ci ou pas assez ça.

« J’ai pas tel diplôme ou telle expérience. » Ça peut aller à tous les niveaux en fait. « Si je dois être vu et que ma lumière brille, c’est à qui que je dois couper la lumière ? » Il y a aussi le syndrome de l’imposteur, avec la fameuse question : « Je suis qui pour faire ça et pouvoir amener la transformation chez les jeunes ? » Voilà.

« Je ne suis jamais assez belle », « je suis trop grosse pour être affichée », etc. Je voudrais qu’on parle des actions principales à prendre pour qu’on arrête de dire qu’on n’est jamais assez.

Il ne faut pas écouter son mental. Notre mental, c’est la pire chose dans laquelle on peut être, parce qu’il est rivé vers le passé, nos expériences. A partir du moment où tu décides de te connecter à toi-même, de suivre ton intuition, et de choisir ce qui fera plus de sens pour toi, la vie t’ouvre d’infinies possibilités.

J’entends souvent les femmes dire « je suis trop grosse ».

C’est la phrase qui revient souvent. « Oui je dois perdre des livres avant de faire ma séance photo. » Non. Tu dois juste accepter ton corps comme il est.

Il s’agit de l’acceptation de soi, bien sûr. Mais c’est aussi le fait d’arrêter de regarder dans les yeux de tout le monde. Il faut surtout savoir que chaque personne peut se trouver grosse par moments, même la fille mince. 

Quand j’avais 16 ans, les gens dans mon entourage me disaient que j’étais grosse. Des années plus tard, je me suis rendue compte que je ne l’étais pas. J’étais super bien en fait. Quand tu grandis, tu as plus de poids sur la balance, et t’es en même temps plus légère dans ton esprit. C’est là qu’il y a un switch qui je fais. Je ne sais pas comment l’expliquer…

C’est l’estime de soi. Aussitôt que tu travailles ton estime de toi-même, tu n’accordes plus de valeur à des choses extérieures pour t’amener de la valeur. Quand on a 16 ans, la valeur qu’on s’accorde vient des commentaires des gens. Plus on vieillit, plus on se rend compte que c’était éphémère. Dans le fond, tout est toujours en changement. Ton corps est toujours en changement, et ça dépend de ton mindset. J’ai également envie de transmettre un message important à toutes les femmes du monde : La balance c’est de la merde ! Quand t’es enceinte, ils te pèsent à chaque fois, et ils te mettent dans ta tête si t’as pris assez ou pas assez de poids selon la peau du bébé. C’est n’importe quoi. On se fait déjà implanter ça. Il faut couper ça et se connecter à qui tu es, plutôt que de te connecter à des choses qui sont extérieurs pour te donner de la valeur.

Et t’as des trucs justement pour ça ?

Trouve-toi 5 choses que t’as faites, et dont tu es fière.

Parce que souvent, on oublie la base. Quand t’es un bébé tu ne sais même pas marcher, alors qu’aujourd’hui tu marches, tu parles, tu aides les gens, tu mets des choses extraordinaires en place. Il faut d’abord avoir de la gratitude. Faire ça toute seule, à tous les jours, va t’amener à switcher ton mindset par rapport à ça. Et puis on prend pour acquis les choses, alors qu’il ne faut pas le faire. C’est quand la dernière fois que t’as remercié la personne qui t’as faite attendre au stop parce que ça t’a permis de voir un paysage par la suite ?

En voyage cet été, on est allés chercher un café. On a finalement pris une mauvaise sortie, en théorie. Puis on est arrivés à un arrêt avec des tentes, avec un paysage de fou, et avec le vent qui était parfait. Il y avait des balançoires, des chiens, des familles. C’était vraiment parfait là. Sans avoir fait l’erreur d’être sorti à cette sortie-là, on n’aurait jamais vu ce paysage.

C’est ça qui est extraordinaire. On nous a mis en tête que tout est bien ou mal. Et si ce n’était pas réel ? Parce que c’est toujours une question de perception. Peut-être que c’est mal pour une personne et extraordinaire pour toi. Identifie 5 gratitudes, peu importe lesquelles. S’il y a quelque chose qui te fait chier dans ton corps, essaie de sortir une gratitude qui s’y rapporte. Sors une gratitude à chaque fois que tu vois que t’es dans le jugement de toi-même. Si t’avais pas de ventre, tu ne pourrais pas manger. Toute ton action est une contribution pour toi. Contribution égale gratitude, donc c’est toujours la même affaire.

Faut dire merci, no matter what.

On parle beaucoup de demander des choses à l’univers, est-il genre trop volatile d’après toi ?

Moi je travaille beaucoup avec les demandes à l’univers. Je ne travaille quasiment qu’avec ça. Le bémol est de ne faire aucune action en lien avec ce qu’on demande à l’univers. Là, ça reste un souhait, qui peut se réaliser ou non. Tandis que si tu demandes à l’univers de contribuer avec toi sur le fait d’avoir un corps qui te convient, c’est autre chose. Je ne sais pas si tu remarques que, souvent dans l’entrepreneuriat, les femmes veulent tout faire toutes seules. Est-ce que c’est plus valable si tu fais les choses comme ça ? Pourquoi ta maison ne pourrait-elle pas contribuer ? Pourquoi la personne que tu croises dans la rue ne le ferait-elle pas ? Pourquoi tu t’attribues la seule et unique façon de faire ? Demander à l’univers, ce n’est pas lui donner toute la responsabilité pour qu’il fasse ce qu’il veut avec. Il faut garder sa responsabilité des choses, et demander à l’univers d’y contribuer. Et il faut vraiment faire attention. Comme il contribue pour toi, il se peut qu’il n’ait plus envie de t’aider si tu l’envoies chier. C’est comme n’importe qui dans la vie. C’est comme ton corps : si tu fais chier ton corps, ça se peut qu’il refuse de t’écouter par la suite !

On accepte des fois de faire ses gratitudes, et de demander des choses à l’univers, mais on fait des résolutions pour faire ça à partir de telle ou telle date.

Tu peux commencer dès maintenant. Pense, immédiatement, à 5 choses pour lesquelles tu éprouves de la gratitude. En fait, c’est un muscle à développer. Si t’es tout le temps entouré de gens négatifs, tu reçois leur énergie. C’est important de t’entourer de gens extraordinaires, comme toi tu es extraordinaire.

Dans des conférences de Martin Latulippe, il dit qu’on s’associe pour des valeurs, et qu’on se désassocie pour des valeurs. Donc justement, si tu ne t’accordes pas assez de valeur, est-ce que les gens autour de toi aussi ne s’accordent pas aussi assez de valeur ? Il y a des amitiés qui peuvent se perdre, il y a un ménage qui peut se faire. Mais est-ce que c’est pour le bien que tu perds cette amitié-là ?

Il faut toujours se demander si cette personne contribue dans ma vie, et si je contribue à la sienne.

En fait, apporter un changement, c’est apporter plus d’énergie positive dans sa vie. J’ai l’impression que lorsqu’on fait un choix pour avoir une meilleure vie, il y a un ménage naturel qui se fait. De nouvelles amitiés arrivent pour remplacer celles que tu vas perdre. C’est désolant de voir certaines personnes partir, mais l’arrivée des nouvelles amitiés donne beaucoup de gaieté à notre vie. Je ne veux pas dire qu’il ne faut pas trop se poser de questions.

Non c’est ça. Il ne faut pas se poser des questions au niveau mental. Il faut se poser des questions pour s’ouvrir aux possibilités et à la conscience. Si tu te demandes comment tu pourrais mieux aimer ton corps, tu restes dans ton mental, et tu finis par reproduire les mêmes affaires du passé. Tandis que si tu te demandes quelle prise de conscience tu pourrais faire pour harmoniser la vision de ton corps, tu laisses l’univers te présenter toutes les possibilités pour que tu fasses des prises de consciences reliées à ça. Il ne faut pas obliger la réponse de l’univers à arriver. Il faut simplement se responsabiliser, et s’ouvrir à toutes les possibilités.

Je voudrais aussi qu’on parle du jugement des autres.

On n’oublie pas que c’est un choix d’écouter le jugement des autres.

Pour moi le jugement des autres n’a jamais vraiment eu d’importance. Depuis le secondaire, je me moquais de ce que le monde pensait de moi. Je ne comprends pas comment quelqu’un peut autant se fier sur le jugement des autres. Et j’aimerais aussi que nous donne des pistes pour que le jugement des autres prenne moins de place dans le jugement de soi-même.

Il faut se reconnecter à soi-même. L’un des outils que j’ai beaucoup utilisés est le point de vue intéressant. Tout est un point de vue intéressant, dans le sens où comme ton point de vue est intéressant par rapport à quelque chose, j’ai le mien. C’est donc à moi de choisir si je donne de la valeur à ce que tu dis ou pas. Il faut se dépersonnaliser, c’est-à-dire enlever toute émotion liée au sujet en question. Si ton père te dit que tu es grosse, c’est un point de vue intéressant. A toi de voir s’il faut y accorder de la valeur ou pas. A partir du moment où tu décides que c’est un point de vue intéressant, tu le rends intéressant. Il n’y a pas de bon ou mauvais. Chacun a sa propre façon de voir les choses qu’il ne faut pas juger.

C’est ton bagage, c’est mon bagage.

Exactement. C’est la même chose pour ton corps, et pour la vision que t’as de toi-même. Tu peux même tester ça envers toi-même. Dis-toi que t’es belle, et dis-toi que c’est un point de vue intéressant. Ainsi, tu arrives à faire exploser ton jugement envers toi-même, et ça t’amène à faire l’exercice différemment aussi. En fait, on est tellement habitués à nos propres jugements qu’on ne s’en rend même plus compte. Et puis, quand les gens parlent, ils ne parlent pas de toi, mais de leur point de vue. Il n’y a personne dans la vie qui va t’attaquer personnellement si tu fais le choix d’aller avec le bon point de vue intéressant !

C’est beau. Comment est-il possible d’avoir nouvelle perception sur soi-même ?

Premièrement, discute avec ton corps. C’est quand la dernière fois que tu lui as posé la question s’il avait demandé de manger ? Essaie de prendre l’un de tes vêtements un matin et de demander à ton corps s’il veut le porter. Puis ton corps va te répondre. Tu peux y aller avec le lourd ou le léger, et tu vas sentir la réponse. Essaie de donner de la valeur à ton corps. Et plus tu vas le faire, plus ta valeur personnelle va augmenter, parce que tu t’honores en faisant ça. Plus tu t’honores, plus ta valeur augmente.

C’est une roue qui tourne en fait.

Oui. Si tu nourris ton mental d’affaires dégueulasses, tu t’attends à quoi ? Et vice-versa, si tu nourris ton corps de ce qu’il a envie de manger, ça sera différent. Ton corps sait tout faire lui-même, il faut juste que tu lui laisses cette responsabilité, et que tu le traites comme une entité entière. A partir de là tout change. Couche-toi le soir en disant merci corps de ta belle journée, merci de te restaurer durant ma nuit. Faites ces tests à la maison, vous allez vous réveiller avec beaucoup d’énergie, et ça va vous permettre de vous connecter avec des choses extraordinaires.

Et s’il arrive à quelqu’un de penser qu’il n’est pas assez, et qu’il n’ose même pas se montrer visible ou faire des photos…

Testez-le. Allez découvrir. C’est une aventure. Va découvrir ce que le photographe voit de toi !

J’ai justement fait une séance photo avec mon adjointe il y a quelques mois. Pour cette séance photo elle s’était préparée. La séance a compris toute la préparation que je l’avais amenée à faire. Et là, j’ai comme ouvert un potentiel de fou. Elle s’assumait plus, et elle s’est rendue compte qu’elle portait des shorts et des gilets de couleurs.

C’est extraordinaire. Tu lui as ouvert toute une panoplie de possibilités grâce à ton point de jugement face à qui elle est, alors qu’elle était peut-être prise dans son jugement qui se rapporte à son passé. C’est une nouvelle porte qui s’ouvre pour elle !

Il est toujours intéressant de faire affaire avec des stylistes, des coiffeurs, et de les laisser aller. Tu leur donnes des guidelines, puis s’ils te connaissent assez, ils peuvent faire des miracles !

Parce ce que la plupart rentrent dans ton univers visuel. Bien sûr que tu peux ressortir de nouvelles choses. Tu ne peux pas être dans ta zone de génie dans tout. Non. Va chercher des gens extraordinaires dans leur zone de génie qui vont contribuer à qui tu es. C’est sûr que tu aides tes clientes à se sentir mieux dans leur corps et se voir de façon différente, à accéder à de nouvelles réalités. C’est ça le but de la vie.

Où est-ce qu’on pourrait te rejoindre, Stéphanie ?

On peut me rejoindre sur Instagram (@steph_neuropotentialiste) ; on peut me rejoindre sur Facebook (@StephanieTurcotteNeuroPotentialiste). Mon site web est toujours en construction. Je suis super active, venez m’écrire. Je donne des trucs, des vidéos… Il y a du stock en masse à tous les niveaux !

Une phrase à dire pour clore ?

Tes choix, ta conscience, ta transformation. Quel choix t’as envie de faire pour que ta vie soit extraordinaire ? Tous les changements dépendent de tes choix. Tu pourras, par la suite, te sentir extraordinaire dans ta zone de génie. Arrivent des petits moments de fatigue, mais généralement, on n’est pas venus ici pour se faire chier.

On est venus ici pour avancer. Merci beaucoup Stéphanie !

Merci à toi pour l’invitation.

Je vous invite à aller voir sa page sur Facebook et Instagram. A plus tard ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *